Sofie Vanden Eynde
Luth et Théorbe
 
HOME
PROJETS
BIOGRAPHIE
AGENDA
DISCOGRAPHIE
CONTACT
CRITIQUE
 



SOLO et solist(es) // LUTE SONGS // IMAGO MUNDI


©
Marleen Nelen


SOLO

MOT // IMAGE // SON

LE SECRET DES MUSES
musique baroque française pour luth et théorbe

Sofie Vanden Eynde, luth & théorbe

Pour la première partie de ce programme, la luthiste Sofie Vanden Eynde est allée fouiller dans le manuscrit « Swan ». Ce manuscrit peu connu de 1614, conservé à Saint-Pétersbourg, contient de la musique pour luth et baryton. Dans le recueil se trouvent des œuvres de compositeurs français, anglais, italiens et allemands. Sofie s’est concentrée sur le répertoire français encore composé dans le « vieil ton », mais qui ouvre déjà la porte sur un nouveau siècle de musique de luth sublime.
La deuxième partie présente des compositions de Robert de Visée, attaché à la cour de Louis XIV et de Louis XV. Il jouait du luth, du théorbe et de la guitare et écrivit de nombreuses œuvres pour ces instruments. La majorité des suites pour théorbe se retrouvent dans le manuscrit Saizenay.
Musique de R. Ballard, R. de Visée, P. Guédron, M. d'Orléans,...

EN SUITE
Solo-Suites pour viole de gambe et théorbe à la cour de Louis XIV

Romina Lischka, viole de gambe
Sofie Vanden Eynde, théorbe

Le jeune duo que forment Romina Lischka et Sofie Vanden Eynde occupe une place discrète mais particulière dans le monde de la musique ancienne, de par le riche répertoire pour viole de gambe et théorbe qu’il met en valeur.
Dès lors, qu’il s’attaque à Marin Marais, Monsieur de Sainte-Colombe et Robert de Visée semble logique. Les œuvres de ces compositeurs français sont au cœur de la tradition musicale française des XVIIe et XVIIIe siècles, et en particulier des suites pour cordes et instruments à cordes pincées. Ces trois virtuoses sont les maîtres incontestés de leur époque.
Romina et Sofie forment un duo depuis l’époque de leurs études à Bâle. Dans leur jeu d’ensemble, les deux jeunes musiciennes surprennent par leurs ornements subtils, leur rythmique souple et leur expertise technique.
Les deux musiciennes servent un programme virtuose qui balance entre profondeur émotionnelle et frivolité élégante, mélancolie et joie de vivre. Une subtile musique baroque française comme baume pour l’âme.

Musique de M. Marias, St Colombe, R. de Visée

trailer Youtube

ORPHEUS’ NOBLE STRINGS

Thomas Hobbs: ténor
Romina Lischka: viole de gambe et lyra viol
Sofie Vanden Eynde: luth et bandora


Orphée et sa lyre : y a-t-il une image plus belle de la puissance de la musique ? orphée pouvait émouvoir aux larmes même les pierres, il sut même apitoyer les portes de la mort. La musique bouleverse le monde, c’est aussi ce dont avaient conscience les compositeurs de la Renaissance anglaise.
Bien plus, la musique est l’âme du monde, une force unificatrice. Thomas Hobbs célèbre les visages multiples de la musique que revèlent les chansons pour luth, en particulier celles de T. Campion et J. Danyel. Ce n’est pas seulement le luth qui accompagne le chant ; ce sont aussi des instruments que l’on entend moins souvent, comme le lyra viol, la bandora, l’orpharion. Munies de cordes généreuses, ces instruments font retentir le son de la lyre magique d’Orphée.

Musique de J. Danyel, J. Dowland, F. Pilkington,...

LA CHAMBRE BLEUE
« Musique précieuse » des salons parisiens

Céline Scheen: soprano
Romina Lischka: viole de gambe
Sofie Vanden Eynde: théorbe

Bleue. La couleur de l’Empirée. La couleur d’Uranie, la muse qui porte le monde dans sa main. Dans le salon bleu de Madame de Rambouillet, les «précieuses» conversaient dans une ambiance d’élégance qui ne connaissait pas de frontières, avec tout le raffinement du XVIIème siècle. Trois musiciennes recréent les couleurs de ces gracieuses précieuses : blotissez-vous dans des sonorités qui tout comme des paroles enrobent la vérité dans des voiles de satin bleu-clair.

Musique de E. Moulinié, M. Marais, R. de Visée, M.A. Charpentier, S. Le Camus, St. Colombe, J.C. de la Barre, et M. Lambert

COME LET US SOUND WITH MELODIE THE PRAISES

…lute songs pour deux grandes dames

Emma Kirkby, soprano
Sofie Vanden Eynde, luth

Le programme présenté par Emma Kirkby et Sofie Vanden Eynde s’articule autour de deux grandes dames : la reine Elisabeth Ire d’Angleterre et d’Irlande d’une part, et la comtesse Elisabeth de Hesse-Cassel de l’autre.
Nous ne nous étendrons pas ici sur le bonheur personnel que ces deux femmes ont sacrifié au profit du pouvoir politique et de l’enrichissement de leur famille.
Ces deux Elisabeth – Elisabeth Ire était en outre la marraine de la comtesse – avaient bénéficié d’une solide éducation culturelle à forte composante musicale ; toutes deux jouaient ainsi du luth. Elizabeth de Hesse-Cassel avait pour professeur le luthiste français Victor de Montbuysson, dont on conserve un « livre de tablature pour le luth » composé à l’intention de la jeune femme.
John Dowland et Thomas Campion sont les deux compositeurs phare de lute-songs élisabéthaines. En raison de l’intention religieuse du programme, nous avons puisé essentiellement dans le quatrième livre de J. Dowland (A Pilgrimes Solace) et dans le premier livre de T. Campion (Divine and Moral Songs). Le programme est complété d’œuvres religieuses et profanes tirées du ou liées au livre de luth d’Elisabeth de Hesse-Cassel.
Les songs sur l’amour sous toutes ses formes (divin, amical, érotique, platonique, etc.) sont très nombreuses.